Comment vendre ses vêtements sur internet en Suisse ?

Vendre ses vêtements en Suisse

Si Vinted n'est pas disponible en Suisse, il existe une multitude de plateformes romandes ou suisses pour vendre, entre particuliers, ses vêtements, chaussures et accessoires de mode. Et pour tous les goûts ! De la plus grande friperie virtuelle du pays aux plus petits acteurs romands spécialisés dans les articles de luxe, découvrez ces sites web qui comptent pour vendre (et acheter) en Suisse, leur mode de fonctionnement, les prix et commissions pratiqués ainsi que les spécificités de chaque plateforme.

Frippie.ch : sans frais pour les acheteurs et paiement sécurisé

Frippie, c'est un peu le Vinted Suisse. Design attrayant, navigation claire, suivi des envois et des paiements, ce qui rassure. Mieux ? Pas de frais pour les vendeurs, ce sont les acheteurs qui s'acquittent de la commission de 10% (seulement !) prélevée par la plateforme. Femmes, hommes, enfants : on vend ses vêtements, ses chaussures, ses sacs, ses bijoux, ses ceintures, ses casquettes, chapeaux, bonnets, maillots de bain...

Vendre ses vêtements sur Frippie

Les plus

Un design très bien fait, comme si on entrait dans une jolie boutique. Tons pastels, graphisme moderne.
La possibilité, pour 7.-, d'augmenter les chances de vente en faisant apparaître ses articles dans la rubrique "Les bons plans" en page d'accueil durant 5 jours.

Comment ça marche ?

Comme une plateforme classique de vente en ligne d'objets d'occasion. On crée son compte, on poste les photos des articles que l'on souhaite vendre, on ajoute toutes les infos utiles et on fixe son propre prix. Lorsqu'un acheteur ajoute notre produit à son panier, on choisit de l'expédier par la poste ou de le livrer en mains propres, impérativement dans les trois jours qui suivent l'achat. L'acheteur dispose ensuite de deux jours pour valider la réception de l'article, ce qui enclenche automatiquement le paiement.

On y trouve quoi et à quels prix ?

Tout. Des articles de marques et d'autres dont la marque n'est pas spécifiée et des prix très intéressants. La plateforme recommande à ses vendeurs de fixer leur prix selon les barèmes suivants : 20% à 40% du prix d'origine si le produit est en bonne condition, 40% à 60% du prix s'il est en excellente condition, 60% à 70% pour les produits neufs sans étiquette et jusqu'à 80% pour les articles neufs avec étiquette. Lors de notre visite, on a remarqué cette blouse Naf Naf à 11.-, ces chaussures Minelli à 55.- ou cette chemise Benetton à 16.50. Les prix s'échelonnent généralement entre 15.- et 100.-

Myprivatedressing.ch : vêtements de luxe et de grandes marques

Made in Genève, myprivatedressing propose depuis 2009 de vendre et acheter des articles de mode (vêtements, accessoires, chaussures, bijoux et même déco) de deuxième main griffés des plus grandes marques. On y trouve du Chanel, Louis Vuitton, Dior, Fendi, Prada, Valentino, Prada, Hugo Boss, Guess ou Rolex, parmi beaucoup d'autres, pour les femmes, les hommes et les enfants. Le site revendique plus de 500'000 membres. Il y a du choix !

Vendre ses vêtements sur MyPrivateDressing

Les plus

Pas de frais de mise en ligne mais une commission sur la vente (20%).
Des articles authentifiés par le site.
Un design très pro, très agréable. Une jolie mise en avant des produits (les photos sont optimisées par la plateforme)

Comment ça marche ?

On crée son annonce, qu'on poste avec photo(s). L'équipe se charge de vérifier l'authenticité des produits proposés, optimise les photos et met en ligne dans un délai de 2 jours ouvrables. Lorsqu'un acheteur confirme sa commande, le vendeur est informé et reçoit, en ligne, une étiquette d'expédition gratuite de la poste. L'argent est versé dans un porte-monnaie virtuel ou sur le compte bancaire.

On y trouve quoi et à quels prix ?

Beaucoup, beaucoup d'articles, griffés donc, dont les rabais sont plutôt variables. Mais il y a de très bons plans ! On a repéré ce cardigan Armani à 130.- au lieu de 1200.- ou une robe Valentino 5 fois moins chère que sa version neuve. Tout n'est pas aussi attractif, c'est un peu comme en brocante, il faut fouiller !

Monvidedressing.ch : vente gratuite et sans commission

100% Suisse romand, monvidedressing.ch fonctionne comme une plateforme de vente de mode d'occasion sur laquelle les particuliers publient des annonces gratuites. On trouve de tout ici et à tous les prix : des vêtements, des chaussures, des accessoires pour les femmes, les hommes et les enfants ; des marques et des produits de prêt à porter type H&M ou Zara.

Vendre ses vêtements sur MonVideDressing

Les plus

Gratuit et sans frais de commission.
La possibilité de créer un « dressing » vendeur, avec plusieurs articles.
Pour les acheteurs, un astucieux moteur de recherche qui permet de rechercher par prix, par taille, par marque, matière, style, état, saison et mode de livraison (remise en main propre ou envoi postal).

Comment ça marche ?

Le plus simplement du monde. On crée un compte (gratuit), on photographie les produits que l'on souhaite vendre, on remplit le formulaire en donnant le plus d'infos possibles. Lorsqu'un acheteur est intéressé, on reçoit un email et on lui envoie le colis. On peut également le remettre en mains propres. La plateforme met en contact, elle ne se charge pas des transactions financières qui sont donc directement gérées par les particuliers.

On y trouve quoi et à quels prix ?

Absolument tout ce qui concerne la mode, sans pré-sélection de la plateforme. Du très bien et du moins bien. Quant aux photos, non professionnelles donc, elles ne mettent pas toujours en valeur les vêtements et autres accessoires. Il faut faire le tri. Mais la très bonne affaire est au bout du clic. Pull ou t-shirt (marque non précisée) à 5.-, veste ou sweat Nike à 30.-, manteau Max Mara à 20.-, polo Ralph Lauren à 30.- : les prix de vente dépassent rarement les 35.-

Secondhandkiste.ch : la plus grande friperie virtuelle de Suisse

Voici le plus grand marché aux puces de Suisse ! Une friperie géante qui propose plus de 15'000 articles de mode de seconde main. On voit qu'ici, les vendeurs se donnent de la peine pour mettre en valeur les produits et ça a de la gueule ! Tout fait envie, on en arrive même à oublier qu'on est sur un site de ventes de deuxième main entre particuliers. Attention, en allemand seulement, sans traduction française (mais pourquoi ?).

Vendre ses vêtements sur Secondhandkiste

Les plus

Le plus grand choix du pays
Aucun frais de livraison pour les acheteurs, qui sont inclus dans le prix de vente

Comment ça marche ?

Après inscription, on remplit ses données personnelles et on poste les articles que l'on souhaite vendre. Ici, les photos sont toujours obligatoires, tout comme l'indication de la taille. Et on n'oublie pas de sélectionner les bonnes catégories (par exemple femmes + vêtements pour femmes). Le site prélève une commission de 20% sur les ventes. Le vendeur se charge seul des envois (et doit inclure les frais de livraison dans son prix de vente) et le paiement est effectué par virement bancaire une fois par mois. Les membres inscrits gratuitement sont limités à 50 produits par mois quand les membres pro ne sont pas limités (59.90 par année ou 6.90 par mois)

On y trouve quoi et à quels prix ?

Des vêtements de marque ou pas, mais l'essentiel concerne la grande distribution, H&M et Zara en tête. Côté prix, comptez sur un rabais de 50% en moyenne.

Kleiderberg.ch : la fripe hype made in Zurich

Littéralement, "la montagne de vêtements" ! Cette plateforme de mise en contacts de vendeurs et d'acheteurs de mode de deuxième main a été créée en 2015 par deux zurichoises. C'est très joli, très diversifié, de la mode pour femmes aux articles pour enfants, en passant par les adolescents et les hommes ... mais il faut parler allemand. Aucune traduction française n'est proposée.

Vendre ses vêtements sur Kleiderberg

Les plus

Les membres ne paient aucune commission pendant une année et bénéficient d'une réduction de 10% à l'achat.
Le moteur de recherche permet, à l'acheteur, de sélectionner sa taille, la marque, les couleurs, les matières, l'état des articles ou le prix.

Comment ça marche ?

On s'inscrit et on ouvre sa "boutique". On y poste les photos de ce que l'on souhaite vendre, au prix que l'on désire. La plateforme supervise toute la transaction et prend une commission de 20% sur les ventes.

On y trouve quoi et à quels prix ?

Des articles de marques, d'autres non labellisés à des tarifs généralement très avantageux. La clientèle est plus large que sur les plateformes uniquement romandes, le choix donc plus exhaustif également.

Mais aussi...

Anibis.ch

Le site suisse d'annonces gratuites propose une dense catégorie "Vêtements et accessoires", avec près de 90'000 articles. Il y a de tout, et beaucoup de prix sont "à discuter". Il n'y a pas toujours de photos et certaines offres méritent notre vigilance (articles à 1.-, état des produits, etc.), d'autant plus que la transaction financière s'effectue directement entre acheteur et vendeur.

Facebook Marketplace

Le réseau social permet à ses utilisateurs de vendre, troquer ou donner des articles, y compris des vêtements et des accessoires de mode. L'avantage est de pouvoir cibler les offres régionales, mais également de bénéficier de recommandations personnalisées basées sur les préférences des membres. Là encore, la plateforme ne gère ni les transactions financières ni les envois qui s'opèrent directement entre utilisateurs du réseau.

Pourquoi Vinted n'existe pas en Suisse ?

La plateforme Vinted réserve la mise en relation vendeurs-acheteurs à 14 pays européens (France, Espagne, Belgique, Allemagne, Autriche, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie, Portugal, République tchèque, Slovaquie, Pologne, Lituanie) ainsi qu'aux États-Unis et au Canada... mais pas en Suisse. L'app n'y est donc pas disponible (et donc non téléchargeable) et la plateforme n'assure pas la transaction financière. Pas de sécurité de paiement donc. Si le forum regorge de demandes depuis la Suisse, la firme lituanienne continue à bouder notre pays... pour le moment.